Auteur : Duquoc Bruno
Ouvrage : Entretenir sa maison en 10 leçons Chantiers pratiques Connaître la logique de sa maison Surveiller toits, murs, ouvertures, réseaux Comprendre l’origine des désordres Protéger, restaurer la maison
Année : 2007

Lien de téléchargement : Duquoc_Bruno_-_Entretenir_sa_maison_en_10_lecons.zip

Être propriétaire d’une maison ancienne est source de plaisir et de satisfaction d’un tout autre ordre que ceux offerts par une maison neuve. Les qualités techniques de la construction traditionnelle faisant appel aux matériaux naturels, le charme qui émane d’une bâtisse chargée d’histoire – histoire transcrite dans ses éléments de façade et son organisation intérieure – et le sentiment de participer pleinement à la vie d’une région affirmant ses spécificités architecturales concourent à faire d’une maison ancienne un lieu de vie séduisant et original, que tout un chacun souhaite conserver en bon état le plus longtemps possible, tout en respectant et en mettant en valeur ses particularités. Pour longue que soit l’histoire de la maison, et aussi bien qu’elle ait été construite, on ne doit pas pour autant croire que si elle a duré jusqu’à aujourd’hui, c’est qu’elle peut continuer à le faire sans souci particulier. Vieille de 80, 100, 150 ans, voire plus, elle a traversé bien des crises et subi les effets du climat local, les transformations du site dans lequel elle s’inscrit et, bien sûr, les agressions liées à la vie même de ceux qui l’ont habitée avant vous. C’est dire qu’elle doit faire l’objet d’une attention particulière, celle que l’on porte aux êtres chers, d’une surveillance constante et d’un entretien méticuleux. Bien évidemment, le regard attentif porté à sa maison, pour aussi nécessaire qu’il soit, ne doit pas faire verser dans une psychose faisant craindre qu’elle disparaisse à tout moment ! Car surveiller une maison ne veut pas dire douter de ses qualités ; cela consiste surtout à se surveiller soi-même pour éviter de lui faire subir des outrages qui lui seraient fatals, ou encore de pécher par désinvolture ou par excès de zèle. Une telle attitude passe par une bonne connaissance de la maison, des modes constructifs qui ont prévalu dans son édification ou ses réparations, des avantages et des contraintes liés aux matériaux qui la composent, des effets du mode de vie évolutif de ses habitants. Elle passe, aussi, par la bonne évaluation des désordres, aussi modestes apparaissent-ils, que vous a révélés votre examen périodique, pour éviter toute panique injustifiée ou au contraire toute grave négligence. Elle repose, enfin, sur l’acceptation que le recours aux spécialistes, couvreurs, charpentiers, maçons… est le plus souvent indispensable, alors que l’on a tendance, au contraire, à penser, par goût personnel ou par souci d’économie, que l’on peut faire soi-même toutes les interventions qui s’imposent. Car les compétences professionnelles liées au bâti ancien sont indispensables si l’on veut éviter de porter gravement atteinte à la santé de la maison. Le bricolage, le recours à des matériaux inadaptés risqueraient, à plus ou moins long terme, d’entraîner des désordres irréversibles dont votre maison et vos finances pâtiraient. Bon sens, prudence, patience, devraient être les maîtres mots dictant votre conduite à l’égard de votre maison ancienne. Ces « leçons » développées dans le présent ouvrage vous donnent les règles élémentaires à respecter pour pouvoir en jouir le plus longtemps possible. ...